Nederlands    |    Français

NOTRE TRÉSOR LE PLUS PRÉCIEUX EST AUSSI LE PLUS FRAGILE


Les enfants sont particulièrement exposés aux effets d’un climat intérieur de mauvaise qualité car leurs poumons et leur cerveau sont encore en développement.


En matière de pollution de l’air, les chambres d’enfants sont souvent les plus exposées. Outre les particules toxiques produites dans toute la maison, les jouets et appareils électroniques souvent présents en grand nombre dans les chambres d’enfants peuvent être responsables d’émissions potentiellement nocives. Une étude danoise a révélé récemment que pour environ la moitié des familles participantes, les concentrations nocturnes de CO2 dans les chambres d’enfants étaient supérieures aux valeurs recommandées et qu’environ une chambre sur quatre présentait des niveaux de CO2 trois fois supérieurs aux seuils maximums recommandés.

SYMPTÔMES

La pollution de l’air et les niveaux de CO2 élevés peuvent provoquer des problèmes tels que des maux de tête, des troubles du sommeil, de la fatigue et des difficultés de concentration. Les effets nocifs d’un climat intérieur de mauvaise qualité peuvent être particulièrement intenses pour les enfants parce qu’ils sont encore en croissance et parce qu’ils respirent plus rapidement que les adultes.

SOLUTIONS

Voici quelques solutions simples pour réduire les niveaux de CO2 et améliorer le climat intérieur dans la chambre de vos enfants.

1.


Aérez en ouvrant plusieurs fenêtres

L’air intérieur contient des gaz, des particules, des déchets biologiques et de la vapeur d’eau qui constituent tous un danger potentiel pour la santé. Il est recommandé d’aérer une habitation trois à quatre fois par jour pendant au moins 10 minutes à chaque fois. Aérez également la chambre des enfants le matin, lorsqu’ils jouent et avant l’heure du coucher.

2.


Des plastiques pas si fantastiques

Sous l’effet de la chaleur, les plastiques peuvent dégager des émanations toxiques. Veillez dès lors à ne pas laisser les jouets en plastique dans la lumière directe du soleil. De même, ne laissez pas d’objets en plastique par terre si vous disposez d’une installation de chauffage par le sol. Conformément à la réglementation de l’UE, les jouets en plastique fabriqués avant 2007 doivent être éliminés car ils contiennent des substances chimiques interdites. Si l’espace le permet, vous pouvez encourager vos enfants à jouer dans une autre pièce que leur chambre. Cela permet de réduire la quantité de polluants potentiellement nocifs dans l’air. Pour améliorer le climat intérieur dans une pièce, vous pouvez aussi placer certaines plantes qui contribuent à éliminer l’excédent de CO2.

3.


Limitez l’humidité et luttez contre les acariens

65 % des Européens font sécher des vêtements à l’intérieur au moins une fois par semaine et il s’agit d’une mauvaise habitude. En séchant, les vêtements dégagent de l’humidité, ce qui peut favoriser les moisissures nocives et augmenter le taux d’humidité. Dans la mesure du possible, essayez de faire sécher vos vêtements ailleurs. Pour les mêmes raisons, assurez-vous que la ventilation de votre salle de bain est suffisante. Par ailleurs, les acariens adorent les lits. Changez les draps régulièrement. Pensez aussi à remplacer vos matelas et vos oreillers si vous les avez depuis longtemps. Un matelas ordinaire utilisé peut abriter entre 100 000 et 10 millions d’acariens, et 10 % du poids d’un oreiller utilisé depuis deux ans peut être constitué d’acariens morts et de leurs déjections. 

Vous aimeriez en savoir plus ?

UNE VISION D’ENSEMBLE

En plus d’adopter des habitudes quotidiennes, il est important de saisir les occasions de mettre en place des changements essentiels pour le climat intérieur. Nous passons 90 % du temps à l’intérieur et 2/3 de cette vie à l’intérieur dans nos habitations. Celles-ci constituent donc un point de départ tout désigné pour améliorer la qualité de la vie à l’intérieur.

 

Améliorez l’espace existant

Réfléchissez à des solutions pour « faire entrer l’extérieur ». La majorité d’entre nous vit dans un environnement urbain et, dans une certaine mesure, nous nous sommes isolés de la nature. Certains gestes simples, comme l’ajout de plantes en pot (capables de purifier l’air), permettent d’améliorer la qualité de votre environnement intérieur. Pensez aussi à la vue vers l’extérieur dont vous pouvez bénéficier en utilisant judicieusement les fenêtres et les portes.

Gagnez de l’espace judicieusement

L’ajout d’espaces de vie à votre habitation permet d’améliorer la qualité de la vie à l’intérieur. Réfléchissez à la possibilité de rénover un grenier ou de construire une extension et retenez en priorité les solutions qui permettent de faire entrer de l’air frais et de la lumière naturelle.

Si vous déménagez

Si vous cherchez votre futur nid, gardez à l’esprit que les constructions plus anciennes peuvent présenter des problèmes susceptibles de nuire au climat intérieur. Vérifiez par exemple que toutes les fenêtres peuvent être ouvertes complètement et fonctionnent, en particulier dans la cuisine et la salle de bain. De même, choisissez une couleur de peinture plus claire au moment d’aménager l’espace. Les teintes claires réfléchissent mieux la lumière dans votre intérieur.


LA LUMIÈRE PEUT AMÉLIORER JUSQU’À 15 % LES CAPACITÉS D’APPRENTISSAGE DES ENFANTS

Des données scientifiques montrent que les classes bénéficiant d’un bon éclairage naturel offrent un environnement d’apprentissage plus efficace que les locaux mal éclairés. Tout porte à croire que ces bienfaits s’appliquent aussi aux lieux de vie et de travail.

COMMENT AGIR ?

Il existe différentes solutions pour faire entrer chez vous un air de meilleure qualité et la lumière naturelle. Certaines peuvent être mises en œuvre rapidement et facilement, tandis que d’autres exigent plus de temps, mais garantissent des améliorations tangibles et durables.